Ultimate magazine theme for WordPress.

Primature: pourquoi Gassama Diaby n’a pas été désigné ?

0

Parmi plusieurs prétendants dont l’ancien ministre de la Citoyenneté et de l’Unité nationale, Kalifa Gassama Diaby pour le poste de Premier ministre, le président de la transition, Colonel Mamadi a préféré choisir Mohamed Béavogui, haut fonctionnaire aux Nations-Unies.

Mais qu’est-ce qui a joué en défaveur de Kalifa Gassama Diaby dont plusieurs Guinéens souhaitaient voir diriger le gouvernement de transition ? Selon nos informations, il semblerait que le Colonel président souhaitait avoir Gassama Diaby comme Premier ministre.

« L’homme (Gassama Diaby) serait le tout premier choix du président de la transition. Mais ce sont certains civils, hauts cadres, acteurs de la société civiles, hommes d’affaires  et militaires de son entourage qui auraient commencé à l’en dissuader pour certaines raisons qui sont.

1-Il est trop exigeant, intransigeant et il est intraitable pour des questions de lois et de droits de l’homme (…) Il pourrait donc être un problème pour le CNRD, qui ne veut pas quelqu’un qui ne pourrait pas fermer les yeux sur certaines questions et sujets. Il est à noter que ce reproche était le même que certains dans l’entourage de l’ancien président Alpha Condé portaient contre lui quand il était ministre des Droits de l’homme et de la Citoyenneté pour les opposer.

2- Il (Gassama Diaby) ne serait pas manipulable, Il résiste aux manipulations, et cela serait un risque pour le CNRD et son président, qui devrait se méfier de cet homme.

3- Il pourrait aussi démissionner en cas de désaccord sur des questions et des principes qui lui tiennent à cœur. Et selon ces manœuvriers, cela serait un risque pour le gouvernement de transition et le président de la République et du CNRD.

Enfin, certaines personnes autour du Colonel président considéraient que l’ancien ministre, est trop populaire dans l’opinion et dans le pays, et ils ont déconseillé au colonel président de prendre un Premier ministre trop populaire pour la simple raison que celui-ci pourrait faire de l’ombre au Président », nous informe-t-on.

A en croire certains observateurs et acteurs de la vie politique du pays, ces arguments avancés par des proches du Colonel relèvent de la mauvaise foi et des arrière-pensées cachées et malsaines.

« Il est inquiétant que dans un pays, la rigueur et l’intransigeance soient perçus comme un handicap. Et pour un pays comme le notre qui aspire à la rupture, cela est préoccupant », dit un membre de la société civile qui a préféré garder l’anomymat

Pour cet autre homme politique qui a souhaité gardé l’anonymat, « cette transition avait justement besoin de quelqu’un qui a de l’autorité et qui n’est pas manipulable comme l’est Gassama Diaby. Cela aurait garanti aussi bien la sérénité du processus que le résultat des élections à venir. Je ne dis pas que Monsieur Béavogui ne le serait pas.  Mais que l’autre (Gassama Diaby) soit combattu à cause de sa rigueur, de son intransigeance et son esprit d’indépendance, est très préoccupant ».

Quant à la question de la possibilité de sa démission, dira un autre observateur, « il faut noter que l’homme paie le courage de sa démission en 2018. Sinon une seule démission ne suffit pas pour coller à quelqu’un le risque de démission permanente. Il faut qu’à même reconnaître à l’homme sa capacité d’endurance et de courage à tenir. Car, selon les confidences de certains de ses anciens collègues, ce que Gassama Diaby a enduré pendant son passage au gouvernement, peu d’entre eux, sinon personne ne l’aurait supporté. Et lui (Gassama Diaby) a tenu 6 ans malgré les oppositions internes, les coups bas et les difficultés en tout genre qu’il traversait. »

Selon une indiscrétion, le milieu d’affaires était particulièrement hostile à son arrivée à la Primature, du fait de sa capacité de rigueur, d’intransigeance et de lutte contre la corruption.

L’homme semble particulièrement craint par les hauts cadres et les hommes d’affaires (…) On peut donc dire sans risque de se tromper, que Gassama Diaby a perdu la Primature à cause des qualités qui, sous d’autres cieux, seraient des atouts essentiels.

Pour certains observateurs avertis de la vie politique de la Guinée qui ont requis l’anonymat, sans dénier à celui qui a été choisi ses qualités et son expérience, les arguments et méthodes utilisés contre le choix du ministre Gassama poussent à s’interroger sur d’une part sur la sincérité des bonnes volontés annoncées et d’autre part la présence nocive et inquiétante  des éléments et méthodes de l’ancien système (mensonges, manipulations et diffamations) autour des nouvelles autorités.

Il faut le dire très clairement, Gassama Diaby a été victime d’une véritable machine de diffamations, de mensonges construits de toute pièce  et de haines. Tout était fait et mis en place pour le détruire, et manipuler le Colonel Président. C’est inquiétant pour le pays et la suite des choses. Le Colonel président qu’on dit apprécié réellement le ministre Gassama n’a visiblement pas pu résister à la pression malsaine et intéressée de son entourage civil, militaire et des affairistes contre le choix du ministre Gassama.

Décidément, autant l’ancien ministre Gassama Diaby est aimé et écouté dans l’opinion majoritaire pour ses combats et son honnêteté patriotique et démocratique, autant il est jalousé, craint et combattu par une bonne partie du système (administratif, politique et économique) qui voit en lui une réelle menace pour leurs intérêts…car trop intransigeant et incorruptible. Cela amènera-t-il l’un des personnages publics guinéens le plus populaire et crédible à s’engager dans les batailles politiques à venir….., l’avenir nous le dira.

Ahmed Keita

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :