Ultimate magazine theme for WordPress.

Sekou Koundouno: « la junte veut museler la presse… »

0

Apparemment le CNRD et ses valets se plaisent dans des décisions impopulaires et démagogiques. Les démocrates du monde attachés à la liberté d’expression viennent d’apprendre les sanctions à l’encontre de l’émission Africa2015 prises à la Haute autorité de la communication (HAC) aujourd’hui. Ces décisions honteuses allongent la longue liste des décisions fantaisistes et inopportunes du CNRD et de ses laquais.

Encore une fois, le CNRD met en évidence sa velléité de s’accrocher éternellement au pouvoir au risque du musèlement de la presse et de toutes autres voix dissidentes qui haussent le ton contre leur fourberie éhontée destinée à tromper le peuple vaillant de Guinée.

Le CNRD peut raconter ce qu’il veut à longueur de journée, mais les autres doivent la fermer au nom de la supposée préservation de la paix. Rappelons que le colonel Amara Camara et le premier ministre Bernard Goumou viennent de tenir des propos incendiaires et irrespectueux vis-à-vis de représentant de nos institutions sous-régionales, sans aucune réaction de la HAC.

Des ministres, des soi-disant hauts responsables de l’État se sont permis des grossièretés à l’encontre des dignes responsables d’une grande institution comme la CEDEAO et contre le FNDC, cela n’a choqué personne. Pourtant, des émissions dont le seul but est d’informer la population sont inquiétées alors qu’elles n’ont commis aucun crime contre aucune institution.

Chers journalistes et organes de presse, vous devez comprendre le malaise du Président de la HAC, Monsieur Boubacar Yacine Diallo, icône du monde des médias en Guinée. Il est aujourd’hui dans une situation embarrassante qui l’oblige à poser des actes contraires à sa conscience. Pour rester dans les bonnes grâces du CNRD, il est dans l’obligation de « pactiser » avec la junte afin de tordre le coup à la liberté de la presse, d’expressions et d’opinions.

En effet, depuis cette affaire de détournement de deniers publics qui lui a été collée par l’Agent Judiciaire de l’État, le Président de la HAC subit une sorte de chantage. Soit il fait ce que la junte veut par rapport aux journalistes considérés comme dérangeants, soit on actionne le levier de la justice. Connaissant la dignité qu’a toujours incarnée l’homme, ce serait un supplice pour lui de comparaître devant un tribunal pour détournement.

Les autres membres de la HAC sont plus ou moins des choix du régime Alpha Condé qui sont heureux que la junte militaire ait rétabli cette institution après avoir été dissoute comme d’autres institutions.

Une nouvelle fois, je renouvelle mon soutien aux hommes du quatrième pouvoir de façon générale et plus particulièrement aux animateurs de l’émission AFRICA2015 de Nostalgie FM. C’est l’occasion pour les journalistes, associations, syndicats et patrons de presse de demander de comptes au président de la HAC, Boubacar Yacine Diallo, sur sa nouvelle mission qui lui a été confiée par la Direction de la Communication et de l’Information du Palais Mohamed V et ses ramifications.

J’invite les journalistes à l’union sacrée et à ne pas céder à la nouvelle orientation éditoriale décidée par le CNRD et son Gouvernement de transition.

SEKOU KOUNDOUNO RESPONSABLE DES STRATÉGIES ET PLANIFICATION DU FNDC

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :